17 févr. 2010

URBAINES - Quentin Chambry

lisaa_urbaines
llisaa_urbaines
lisaa_urbaines
Quentin Chambry anamorphose 250m de scotch blanc

Depuis trois ans, l’école a développé un partenariat avec l’UBU & l’Antipode, deux structures qui ont pour objet la promotion des musiques actuelles et qui sont notamment médiatisées lors des Transmusicales de Rennes.

Les étudiants en Design Graphique ont travaillé sur l’identité commune à ces deux structures. A cette occasion ils ont été invités à découvrir les coulisses des Transmusicales. Ces partenariats ont permis aux étudiants de plonger au cœur de la culture rennaise dans son rayonnement local et international, d’aborder la question de l’identité culturelle et de comprendre concrètement les enjeux d’un organisme culturel.

Quentin Chambry étudiant en deuxième année de conception-design graphique à Lisaa, retenu pour la communication du festival Urbaines 2010.

Extrait de extrait de l'interview par Sklerijenn Havouis.

Comment as-tu abordé le projet ?

J'ai tout de suite pensé au travail de Georges Rousse, dont je m'étais déjà inspiré lors d'un titrage de film pour un ami. J'ai trouvé que cela convenait au festival, tout comme certaines formes géométriques ou éléments typographique chez Georges Rousse, le bloc marque serait visible par un point de vue. Contrairement à beaucoup je ne voulais pas travailler le bloc marque en volume, je voulais reprendre l'idée de la contrainte de ce point de vue pour la lecture de l'image, elle-même rendue évidente à la prise de vue pour l'affiche.

Pourtant tu as réalisé le bloc marque au scotch, donc
une dégradation et une pérennité limitées ?

En effet, même si la peinture coûtait moins cher, je voulais que ce soit un geste et pas seulement une trace de plus dans la ville. C'est devenu du coup une vraie aventure, puisque le premier soir, il s'est mis à pleuvoir, donc impossible de faire tenir l'adhésif. J'ai utilisé 250m de scotch blanc !

J'ai tout d'abord tracé au scotch les contours du bloc marque à l'aide d'un vidéoprojecteur en pleine nuit, puis le lendemain j'ai rempli les lettrages avec de l'adhésif.
Toute la disposition s'est faite en fin de semaine. Les prises de vue ont été faites le lundi suivant, devant mes camarades intrigués par les scotchs puisque on ne pouvait lire le texte que d'un point de vue, qui était près du sol.

Maintenant que le visuel existe, comment va t'il être utilisé ?
Je dois retravailler avec Richard Louvet du collectif Lieux Communs, qui ont réalisé la charte graphique de l'Antipode. Je dois travailler des déclinaisons pour les supports de communication de l'événement. Je pensais utilisé les points de vue alternatifs non utilisé pour l'affiche, qui sans perdre complètement la lecture du bloc marque, permette d'en comprendre la réalisation. Le bloc marque existe évidement sans l'image, mais j'ai tout un tas de photos de la réalisation et du moment de la prise de vue qui pourraient être utilisés.
>Antipode
>Quentin Chambry
>Lieux communs
© Eyjafjallajokull | All rights reserved.