5 déc. 2011

Alchimi[k] - 2011

Alchimik

Alchimik
Alchimik

Dans le cadre du festival de musique Electroni[k], une soirée mêlant les Arts et la Science était organisée au Diapason le 13 octobre dernier. A 20h, le hall du Diapason s’ouvrait à plus de 200 personnes pour une dégustation de cuisine moléculaire organisée par les étudiants en Chimie de Rennes 1. Mais « Alchimik » commençait véritablement quelques minutes plus tard avec l’ouverture de la soirée par le groupe Allemand Heart Chamber Orchestra : un orchestre jouant en temps réel des partitions aléatoires générées spontanément par les pulsations cardiaques des musiciens. A chaque pulsation correspond une note, un rythme, dont les spectateurs peuvent observer l'évolution qui génère une composition graphique sur écran géant. Derrière cet excellent concept se cache le duo bien connu TerminalBeach qui à travers un processus créatif scientifique, nous offre une musique « qui vient du cœur ».

La soirée se poursuit avec « Face Visualizer » la performance très prisée du japonais Daito Manabé. Equipés d’électrodes, l’artiste et son assistant se soumettent à des flux électriques qui contractent leurs visages en spasmes irrépressibles. Les chocs électriques correspondent à des notes et s’enchaînent au rythme de la musique électronique mixée en même temps par l’artiste. Le public est surpris, voire conquis, et flirte entre fascination, respect et perplexité. Daitbo Manabé, programmateur informaticien, nous expliquera plus tard chercher à expérimenter l'interaction entre l’Homme et la Machine.

La dernière performance « La Chambre des Machines » met en scène le duo de canadiens Martin Messier et Nicolas Bernier. Seuls face à leur machine respective (l’une en fer, l’autre en bois, non sans rappeler les Intonarumori de Luigi Russolo), les artistes actionnent engrenages et manivelles pour suivre le rythme entêtant d’un métronome qui envahit la salle. Les visuels psychédéliques façon caléidoscopes s’enchaînent sur l’écran géant, et le tout est cohérent, entre acoustique et électronique. Alchimi[k] 2011 aura été un véritable succès auprès du public qui a su apprécier les différentes démarches artistiques.

>L'oeil de links Daitbo Manabé

>Flickr / alter1fo / Alchimi[k]
Cet article a été écrit par Sabine Garrigue, Camille Lavieville, Juni Le Hervet, etudiant en G2.
© Eyjafjallajokull | All rights reserved.