2 août 2012

Aurélie Falquerho - Musée Guimet

Voici quelques extraits du projet de fin d'études d'Aurélie Falquerho (concept. Designer Graphique - Étudiante à Lisaa) : le Musée Guimet. Je vous invite aussi à parcourir son site pour découvrir l'ensemble de ses réalisations.

Sa démarche s’articule autour du projet d’Henri et Bruno Gaudin. Ces architectes ont créé un espace ouvert et accueillant afin d’offrir l’hospitalité tant aux œuvres qu’aux spectateurs. Le visiteur est amené à circuler librement, l’objectif étant de le laisser tracer son propre chemin et ses rencontres dans l’histoire des cultures asiatiques.

Le musée Guimet, dédié aux arts asiatiques, a été inauguré en 1889, à Paris, après les voyages en Extrême-Orient de son fondateur, Émile Guimet. En janvier 2001, le lieu renaît, à la faveur de son extension-restructuration réalisée pendant cinq ans par Henri et Bruno Gaudin. Pris dans l’engrenage de ces changements, le musée adopte un nouveau logo.

Aurélie Falquerho :

Ce logo s’inscrivant parfaitement dans ma démarche (architecture, ouverture, circulation...), j’ai décidé de le conserver et de l’employer dans une charte graphique.

J’ai focalisé mon attention sur les escaliers du lieu, ils sont l’élément essentiel du projet des architectes, ils permettent aux visiteurs de traverser les frontières et c’est à partir de leur palier que le Musée en son entier s’offre au regard.

Le dessin fait partie intégrante de la programmation du musée, c’est donc de cette façon que j’ai représenté les escaliers, au fusain et à la ligne tel un chemin tracé dans l’histoire des cultures asiatiques. En parallèle, une réflexion sur l’éclatement culturel a été mené sur des fragments d’œuvres qui forment un tout, représentant ainsi des pays, des coutumes, des croyances et des traditions.

L’enjeu de la charte repose sur une rencontre orchestrée entre les spectacles, les œuvres et le lieu. Comment, un artiste contemporain vient résonner avec des œuvres du passé dans une architecture du présent ? C’est de ce questionnement que résulte ma réponse graphique.

La complémentarité étant au centre des cultures asiatiques, j’ai défini des ensembles chromatiques influencé par cette idéologie de l’apposition et non de l’opposition. Une idée adjacente est de créer des paradoxes, entre le passé et le présent, par l’utilisation du noir et blanc ou de la couleur. Pour ce projet de diplôme, j’ai déployé mes principes sur un programme, une série de dix affiches et flyers pour des événements, la papeterie interne, la billetterie et le plan du lieu.



Aurelie falquerho lisaa Aurelie falquerho lisaa Aurelie falquerho lisaa Aurelie falquerho lisaa Aurelie falquerho lisaa Aurelie falquerho lisaa Aurelie falquerho lisaa
© Eyjafjallajokull | All rights reserved.