24 juin 2013

MILAN 2013 / Ingo Maurer

Comme l'année précédente, le designer Ingo Maurer s'est installé pour la semaine du design de Milan au Spazio Krizia situé 21 Via Manin, un espace d'environ 200m² qui comprend une cour d'entrée et une vaste salle.

Cet artiste Allemand née en 1932 à étudié les arts graphiques à Munich puis est allé travailler aux Etats-Unis avant de créer son atelier Design M à Munich en 1963. Depuis il a passé sa vie à étudier la lumière et à concevoir des installations éphémères, comme à la Fondation Cartier à Paris, ou permanentes comme la composition Ya YaHo au Centre Pompidou. Il participa également à de nombreuses installations lumineuses à Paris, New York, Milan, Amsterdam...
L'exposition à Milan intitulée « Funambulists » présente une sélection de quelques créations du cabinet Ingo Maurer ainsi que des architectures russes de la période constructiviste, mais aussi de l'avant garde des années 1920-30.

L'espace d'entrée se veut accueillant, une grande table siège au centre de la cour, faite d'un carambolage de bancs de réception aux pieds hauts et pliables. Un ensemble de lumières créées par Ingo Maurer est suspendu au dessus et donne à la tombée de la nuit une ambiance toute particulière, c'est une invitation à la contemplation.

C'est dans un atmosphère poétique, enchanteuse et humoristique que l'on se trouve plongé une fois dans le showroom. La lumière y est enveloppante, le regard est tout de suite capté par les quelques lampes disposées ça et là à des endroits stratégiques, illuminant des tables de blanc laqué aux allures massives. L'artiste a utilisé des LED pour ses lampes, comme pour la multitude de lampes aux allures de bougies, lévitant au dessus d'une des tables avec comme fond de toile Le Dernier Repas de Leonard de Vinci, 128 LED reproduisant pour chaque bougie l'effet d'une flamme vacillante. D'autre part, une assiette de pâtes en équilibre sur la pointe d'un couteau, une ampoule survolée de libellules rouge vif, ou encore des lampes aux tubes qui se croisent, non sans rappeler la Tecta de Gerrit Rietveld.

Article écrit par Antoine Charpentier étudiante en Architecte d'intérieur - Designer d'environnement.
© Eyjafjallajokull | All rights reserved.